Gaël Dupret

A 5 ans ½, lors du mariage de mon parrain, je fais ma première pellicule 12 poses couleur avec mon instamatic 50. Ce jour-là je prends conscience de la force d’une photo et j’annonce à mes parents vouloir devenir reporter photographe de guerre. A 8 ans je rêve de travailler pour l’AFP car c’est la première agence de presse mondiale.

Dès ma première photo, l’Humain est la source de tout mon travail photographique. Pour moi la photo est un acte militant qui permet de faire évoluer les consciences, bouger les lignes. Adolescent j’ai suivi des syndicats sur les manifestations parisiennes. A 12 ans je me suis intéressé aux SDF et en 2014 je faisais ma première exposition sur eux.

Longtemps j’ai voulu vivre de la photographie de presse. En 2007 j’ai compris que je devais me diversifier. Je diffuse toujours en agence de presse et cela représente 20 % de mon activité par goût de la presse. Mais aujourd’hui 80% de mon activité c’est de la photographie corporate. Un milieu dans lequel je m’épanouis.

En 2017, je commencé les concours et expositions pour donner une dynamique différente à mon travail et pouvoir toucher un plus grand public sur des sujets engagés. C’est ainsi que je viens de lancer le projet RED for Executive Women, un travail sur l’égalité femmes / hommes, pour combattre le plafond de verre.

Un projet que je souhaite faire voyager pour porter le message au-delà de notre pays et faire ouvrir les consciences.