Journaliste spécialisée dans l’économie sociale et solidaire qui inclue le développement durable, l’économie circulaire…tout ce qui est relatif à l’entreprenariat social et humanitaire. Cet intérêt m’est venu d’une maladie cardiaque qui m’a été décelé juste avant de partir en mission au Bangladesh auprès des Rohingya avec une ONG. J’ai été opéré dès mon retour… et depuis je me suis engagée à faire du journalisme « d’impact » ou « positif » pour mettre en lumière les gens qui changent le monde, c’est à dire ceux qui trouvent du sens à leur vie en s’intéressant à l’intérêt général.

Aujourd’hui les gens ont de plus en plus envie d’écouter des « bonnes nouvelles », découvrir des gens sont solidaires, respectueux de l’homme et de la nature et qui trouvent des solutions pour panser les maux de notre société. Quand j’ai débuté mes interviews via mon blog en mars 2015, les médias n’étaient pas encore réceptifs à ce type d’information… J’ai continué via mon blog, fait des animations pro bono, sans rémunération pendant de longs mois jusqu’au jour où on m’a repéré…

Mon livre « Les Liens qui Libèrent » montre que dans mes trois combats : l’apatridie, les maladies cardiovasculaires et le climat, les femmes sont les premières victimes. J’espère éveiller le plus grand nombre à s’intéresser à ces divers sujets qui ont tous contribué à m’éveiller sur les maux de notre société… Par exemple, sans l’ « empowerment » des femmes paysannes, l’humanité se dirige vers une insécurité alimentaire sans précédent…