Évoquer son parcours professionnel, c’est communiquer ses convictions, sa vision.

Choisir d’être entrepreneure à soixante-cinq ans ? Possible ? Oui, c’est possible ! Engagée depuis longtemps sur la place des femmes dans la société, en particulier dans le sport et le digital, j’ai franchi le pas.

Innovation sociale : en devenant l’associée de Sandrine Charpentier –qui a créé la startup Digitaly- je débute une nouvelle vie professionnelle inattendue en 2016. Cette rencontre est une chance pour partager des valeurs, pour les vivre dans une aventure humaine au service d’un projet innovant de mixité et de numérique. Côté sport : nommée en 2017, au titre du Secrétariat d’État de l’égalité femmes-hommes, par Marlène Schiappa, à la commission permanente « femmes et sport » du Ministère des Sports. Une participation à une cause qui me tient à cœur : la place des femmes dans l’univers du sport, à tous les niveaux, partout, et tout le temps.

Version football : première femme à accéder à un poste de « Directrice » -en charge des « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication » à la F.F.F. en 2002- reste une fierté dans une trajectoire d’autodidacte. Porter le projet de l’innovation du sport français le plus populaire –accompagnée par une formidable équipe faite de mixités et de diversités- reste comme une ouverture du champ de tous les possibles.

Terrain de football : Accéder la tête d’un club. Un défi ? Des circonstances particulières m’ont amenée à me présenter à la présidence du Football Club Vendenheim. Et à être la première femme élue en 2013. Ce club évoluait au niveau national pour les féminines et au niveau local pour les garçons. Football et les filles : Reconnue comme l’une des pionnières du développement de la pratique de ce sport pour les filles, ce premier soutien -à celles qui voulaient absolument choisir le football- est devenu le fil rouge de mon engagement pour la liberté des femmes.

Les freins, les résistances, les oppositions étaient de tous ordres et notamment culturels. Dans les années 80-90, il était vraiment difficile d’imaginer pour les dirigeants de tous les niveaux, les entraineurs, les médias, le public (hommes et femmes), le corps médical …que « jouer au football » puisse être vraiment souhaitable pour le genre féminin.

Cette situation professionnelle et cet engagement sociétal m’apprennent encore beaucoup tous les jours. Chaque aventure est riche de rencontres. L’essentiel facteur humain, les réussites communes, les victoires collectives m’ont portée à bien dépasser ce que je croyais être mes limites. Je retiens toujours le meilleur et je continue.