Je suis une femme italienne, fille d’une mère emprisonnée dans un carcan bourgeois et traditionnel et d’un père à l’esprit entreprenant et aventurier, très absent de la maison. A 47 ans j’analyse ma vie en tant que femme à la fois en regardant dans le rétroviseur et en me projetant dans la boule de cristal.

J’ai pris conscience très tardivement qu’être une femme avait eu un impact sur ma vie professionnelle. Fonder une famille a été une priorité pour moi, et être une « bonne mère » un phare…parfois un peu aveuglant. Pendant des années, j’ai cru que faire passer les enfants avant le reste était mon devoir ; cela a été aussi une cachette confortable pour ne pas me mettre trop en jeu professionnellement, considérant que mon salaire n’était que de l’argent de poche et que c’était le devoir de mon mari de soutenir financièrement la famille. Comment aurais-je fait s’il n’y avait pas eu CE patron qui a toujours vu plus grand que moi pour moi ? J’ai vécu des périodes inconfortables, tiraillée entre vouloir tout (trop) bien faire sur tous les fronts et n’être jamais satisfaite de rien; jusqu’au jour où j’ai compris que c’était de MA responsabilité de CHOISIR mes priorités et de les incarner avec enthousiasme et sans remords, de PORTER MA VIE plutôt que de me laisser porter. Cela s’est fait en me confrontant avec d’autres histoires de femmes, notamment grâce au réseau SNCF au Féminin dont j’ai eu la chance d’être une des fondatrices et que je préside depuis 2016. J’y ai découvert des femmes courageuses, audacieuses et volontaires. Elles ont été un exemple de dépassement individuel et de cohérence.

Si je n’étais pas passer par ce chemin, je n’aurais pas pu devenir la présidente de SNCF au Féminin, le plus grand réseau féminin d’entreprise qui existe en France. Aujourd’hui je porte le combat de l’égalité Femmes / Hommes avec engagement, et d’abord je me dois d’être exemplaire. J’ai appris (mais quel effort quand même quand on vient de si loin!) à négocier mes augmentations de salaire, j’ose relever des défis même quand ma (petite) voix me dit que je n’y arriverai pas, et je peux enfin dire de moi que je suis Féministe: je suis engagée pour que les femmes aient les mêmes chances que les hommes de réussir leur vie.