Aujourd’hui ministre des Sports, j’ai eu la chance de connaître le sport de haut niveau en tant qu’escrimeuse pendant plusieurs décennies.

Ce n’était pas une évidence pour la jeune Guadeloupéenne que j’étais lorsque j’ai commencé ma carrière. En effet, l’escrime est souvent considérée comme un sport d’élite, et les athlètes de couleur étaient loin d’être majoritaires.

Évoluant dans ce sport mixte, j’ai davantage rencontré le racisme que le sexisme, tout au long de ma carrière.

Ces stéréotypes, voire cette adversité, auraient pu me décourager. Au contraire, ils ont décuplé ma motivation et ma volonté de me challenger pour aller chercher le Graal olympique et les autres titres que j’ai pu obtenir par la suite. Ma légitimité, c’est sur la piste que je suis allée la chercher.

Si le sexisme m’a relativement épargnée, j’ai néanmoins pu mesurer son importance auprès d’athlètes féminines que j’ai eu l’occasion de croiser, dans diverses disciplines. J’ai vu combien, parce que le regard des autres était pesant, les femmes devaient parfois redoubler d’efforts pour faire leurs preuves, davantage que les hommes.

C’est notamment pour cette raison que je me suis très vite engagée pour l’égalité entre les femmes et les hommes, au sein de la Fondation des femmes, ou encore au sein du Comité Éthique et valeurs du sport. Parce que je crois aux vertus de la médiatisation du sport féminin (d’abord parce que les Français aiment le regarder, mais aussi car il faut des modèles pour susciter l’envie de pratiquer chez les femmes), j’ai également initié la création des 24h du sport féminin, opération rebaptisée aujourd’hui « Sport féminin toujours ».

Désormais à la tête du ministère des Sports, il va sans dire que le développement du sport féminin (sa médiatisation, sa pratique, mais aussi la place des femmes dans les instances dirigeantes du sport) est une préoccupation majeure dans ma feuille de route. C’est pour cette raison que, quelques mois à peine après ma prise de fonctions, j’ai souhaité installer la Conférence permanente du sport féminin, chargée de travailler sur l’ensemble de ces enjeux.