Journaliste. Femme. Indépendante. Je ne sais pas trop dans quel ordre ces trois mots me qualifient. Cela dépend des jours et des périodes de ma vie.

Diplomée de l’IEP-Paris et de l’INALCO en russe et en arabe. Mais l’arabe s’est perdu au fond de ma mémoire. Le russe a pris l’espace. J’ai vécu plus de 15 ans en Russie, à Moscou, où j’ai couvert comme journaliste pour l’AFP tous les bouleversements post-soviétiques. L’époque « Far East » comme il y eut le Far West.

La « thérapie de choc » et les ruptures sociales, les crises économiques, les guerres d’indépendance, les révolutions, la montée en puissance des oligarques … Un rêve de journaliste. Tintin reporter !

Revenue à Paris en 2006-2007, pour intégrer le comité exécutif de l’Agence France-Presse, mes amours russes ont laissé la place à l’image, à la photographie, aux photographes. Directrice de la Rédaction, puis directrice de la Photo, j’ai notamment négocié pour l’AFP les accords sur les droits d’auteurs.

La seule embuche réelle est celle de garder l’équilibre fragile entre vie personnelle et professionnelle, entre l’envie des grands espaces et celle des douceurs du foyer.

Mon engagement en tant que femme dans le combat de l’égalité Femmes / Hommes est Insuffisant de mon point de vue.