Olga JOHNSON, 53 ans, mariée. Directrice Générale d’Énergies pour l’Afrique.

Conseillère de Paris, élue du 17e arrondissement en charge de la Cohésion citoyenne et de l’égalité des chances.

Olga Johnson est directrice générale d’Énergies pour l’Afrique fondée par Jean-Louis Borloo pour accélérer l’accès à l’Énergie du continent africain. C’est un droit fondamental. Plus de 700 millions d’habitants sur les 1,2 milliards d’africains n’ont pas accès à l’énergie. Les femmes sont les premières impactées car elles font des kilomètres pour aller chercher l’eau et le bois. Il s’agira donc d’ici de nourrir, soigner, former, loger 1milliard de nouveaux habitants d’ici à 30 ans. Défi considérable mais réalisable avec un plan massif, un plan Marshall pour l’Afrique.

Elle a été de 2008 jusqu’à fin 2015 directrice Réseau & Évènement d’HEC Alumni, l’Association des diplômés HEC, association de 56 000 diplômés, présente dans 75 pays. Elle a eu en charge l’animation du Réseau. Après avoir passé 7 ans à TRIM International, agence de diffusion presse et informations financières, elle rejoint en 1999 REGARDS International pour s’occuper de la conception et l’organisation de colloques et de débats institutionnels jusqu’en 2007.

Olga Johnson s’intéresse à la politique depuis longtemps notamment aux questions des femmes, aux questions sociales, d’aide au développement et culturelles en France et en Afrique. Elle est élue du 17e arrondissement en charge de la Cohésion citoyenne et de l’égalité des chances. Cela inclut la politique de la ville et les quartiers prioritaires, les Droits des femmes.

Au début de mon parcours professionnel j’ai vécu le fait d’être femme et surtout jeune comme un handicap parce qu’il y avait toujours des personnes non seulement plus âgées et en plus du sexe masculin qui pensaient que tout leur était dû. Je ne disais rien et je subissais.

J’ai dépassé les difficultés quand j’ai compris que je n’aurai rien si je n’affrontais pas les choses. J’ai commencé à m’exprimer quand j’étais en désaccord. Je revois encore la tête de tout le monde la première fois que je me suis rebiffée. Depuis lors je n’hésite pas à demander sans aucun état d’âme par exemple une augmentation quand j’estime la mériter.

Mon combat pour l’égalité entre les Femmes et les Hommes a guidé mes engagements associatifs. L’avenir de l’Humanité pour moi est entre les mains des femmes. J’ai créé l’association EMANCIP – Femmes responsables dans la cité et dans l’entreprise pour fédérer des femmes autour de la lutte pour leurs droits. Je suis ambassadrice pour le Bénin de Women In Africa (WIA) pour l’empowerment économique des femmes.

Je suis à titre bénévole engagée dans plusieurs associations :

– Membre fondateur et déléguée générale du Global Local Forum pour le dialogue des territoires, ThinkTank qui promeut des formes innovantes de coopération décentralisée, en plaçant l’économie au service des citoyens dans le dialogue des territoires. (www.global-local-forum.com).

– Membre du RAPEC, Réseau Africain des Promoteurs et des Entrepreneurs Culturels en Europe depuis janvier 2009, Vice-Présidente du Comité international de mobilisation pour la journée Mondiale de la Culture Africaine du 24 janvier qui défend l’idée de la Culture comme levier du développement économique en Afrique.

– Membre du Conseil d’administration de l’AFIP (Association pour favoriser l’intégration professionnelle). L’ambition de l’AFIP est de favoriser l’emploi des talents issus des minorités visibles. L’AFIP qui vient de créer la International Collaborative Foundation qui promeut l’égalité entre les femmes et les hommes.