Je suis médecin, radiologue hospitalier avec une activité prépondérante en pédiatrie. Au plan personnel je suis mariée et heureuse mère de quatre enfants et grand-mère de deux petits garçons.
J’ai une expertise reconnue dans le domaine de la drépanocytose, maladie génétique de l’hémoglobine, très répandue dans le monde, mais néanmoins peu connue. Je participe depuis une trentaine d’années à la formidable mobilisation internationale des professionnels de santé, des patients et de leurs familles qui a permis d’améliorer l’espérance de vie et la qualité de vie des patients. Le projet de Gaël Dupret centré sur la couleur rouge m’a semblé être un petit clin d’œil de l’histoire car le fil rouge de ma vie professionnelle est bien le rouge, couleur donnée au sang par l’hémoglobine, cette protéine contenue dans le globule rouge et qui assure le transport de l’oxygène dans l’organisme.

Être médecin a toujours été une évidence pour moi, dès mon jeune âge, animée par l’intérêt pour les autres et le désir de les aider. J’ai suivi toutes les évolutions de ma spécialité, la radiologie, appelée maintenant imagerie médicale avec le développement de l’échographie, du Doppler, du scanner et de l’IRM.

J’ai essayé dès ma période de formation de maintenir l’équilibre entre ma vie familiale et ma vie professionnelle et je reconnais que je suis bien aidée par mon mari, médecin spécialiste également, qui a toujours partagé les taches ménagères et l’éducation des enfants.

Les difficultés que j’ai rencontrées tiennent plus à ma profession qu’à mon sexe. Les nuits de garde, très chargées, particulièrement nombreuses à une période où les enfants demandent le plus de présence parentale, auraient pu me décourager, mais mon enthousiasme pour ce métier alliant démarche intellectuelle, technicité et richesse des relations humaines n’a jamais faibli. J’aime beaucoup l’enseignement, activité que j’exerce auprès des internes, mais aussi des collègues français et étrangers que je forme au Doppler transcrânien, qui permet l’étude des flux artériels cérébraux, particulièrement perturbés dans la drépanocytose. Je pense accorder la même attention, la même disponibilité et avoir les même exigences envers les filles que les garçons. Le socle de notre métier, c’est la consistance des êtres, leur générosité et leur rigueur scientifique.