Le projet

RED for Executive Women® est un projet artistique pour la promotion de l’égalité des femmes et des hommes.

RED for Executive Women® donne la parole aux femmes.

Selon une trame commune, chacune a rédigé un texte personnel et une pensée inspirante qui accompagnent les portraits dans les expositions, dans le beau livre et sur le site Internet.

RED for Executive Women® investit pour l’Égalité Femmes-Hommes.

30% des bénéfices de la vente des tirages photographiques seront reversés à des associations promouvant l’Égalité Femmes-Hommes.

RED for Executive Women® a choisi 100 femmes

Ce chiffre est un hommage assumé à Reporters Sans Frontières et sa collection 100 photos pour la Liberté de la presse. Ces femmes, les plus représentatives possibles des femmes d’aujourd’hui, sont toutes impliquées et engagées dans le combat pour l’égalité dans leur milieu professionnel.

 

L’origine et le cheminement du projet

Reporter travaillant régulièrement en entreprise, je découvre la problématique de l’Égalité Femmes-Hommes dans le monde professionnel lors de séances photographiques où la confiance mutuelle instaurée permet d’échanger en toute sincérité. Elevé dans un milieu sans préjugés sexistes, je ne me rendais pas compte à quel point la carrière des femmes est si difficile par rapport à celle de leurs collègues hommes. A l’instar des femmes merveilleuses que je rencontre, je décide de m’engager moi aussi dans le combat pour une reconnaissance de ces inégalités et dans la recherche de solutions pour les combattre.

Mon travail photographique est mon outil. Il me faut un fil rouge pour relier toutes les personnes exemplaires que je rencontre… RED ! Très vite ce projet prend de l’ampleur et devient collaboratif. Chaque femme photographiée me recommande à une autre, aussi engagée. Des roles models inspirantes pour tous. Puis des entreprises me proposent leur mécénat de compétence :
Unikweb pour le site Internet ; Imatag pour la protection des photos, Charlotte Bouvatier, graphiste pour le logo, Monuma pour l’authentification et la certification des œuvres…

Le magazine ELLE a été le premier média à en parler.

Puis les réseaux sociaux ont pris le relai de la presse écrite et en 6 mois +1 182 000 personnes ont suivi le projet via LinkedIn et Twitter.